Transfinito edizioni

Giancarlo Calciolari
Il romanzo del cuoco

pp. 740
formato 15,24x22,86

euro 35,00
acquista

libro


Giancarlo Calciolari
La favola del gerundio. Non la revoca di Agamben

pp. 244
formato 10,7x17,4

euro 24,00
acquista

libro


Christian Pagano
Dictionnaire linguistique médiéval

pp. 450
formato 15,24x22,86

euro 22,00
acquista

libro


Fulvio Caccia
Rain bird

pp. 232
formato 15,59x23,39

euro 15,00
acquista

libro


Jasper Wilson
Burger King

pp. 96
formato 14,2x20,5

euro 10,00
acquista

libro


Christiane Apprieux
L’onda e la tessitura

pp. 58

ill. colori 57

formato

cm 33x33

acquista

libro


Giancarlo Calciolari
La mela in pasticceria. 250 ricette

pp. 380
formato 15x23

euro 14,00
euro 6,34

(e-book)

acquista

libro

e-book


Riccardo Frattini
In morte del Tribunale di Legnago

pp. 96
formato cartaceo 15,2x22,8

euro 9,00
e-book

euro 6,00

acquista

libro

e-book


Giancarlo Calciolari
Imago. Non ti farai idoli

pp. 86
formato 10,8x17,5

euro 7,20
carrello


Giancarlo Calciolari
Pornokratès. Sulla questione del genere

pp. 98
formato 10,8x17,5

euro 7,60
carrello


Giancarlo Calciolari
Pierre Legendre. Ipotesi sul potere

pp. 230
formato 15,24x22,86

euro 12,00
carrello


TRANSFINITO International Webzine

Un désir nommé gnose

Christian Pagano
(25.10.2009)

Gnose, du grec "gnosis" signifie Connaissance, et par extension connaissance parfaite, connaissance ultime, le salut par la connaissance.
L’étymologie du mot co-naissance comme naissance avec, enrichi le terme Gnose mais suggère aussi que la connaissance, la vraie est incarnée, et de ce fait non seulement elle a des limites mais vit de ces limites mêmes, qui lui donnent les contours réalistes, soit-il dans un désir infini de lumière.
Ainsi ce n’est pas la Connaissance qui fait problème, mais la Connaissance seule. Celle-ci pourtant est incontournable, on ne peut rien dire sans elle. Selon une des traditions les plus anciennes, celle biblique, dans le même jardin où il y avait l’arbre de la connaissance (du bien et du mal), l’arbre de la tentation, et l’arbre de la vie. Aussi Connaissance et vie se renvoient continuellement, elle son l’expression d’un débat vivant qui se poursuit toujours.

JPEG - 220.6 Kb
Christiane Apprieux, "La forza dell’elemento", 2008

1. Les sources
 (C’est la nuit qu’il est beau de croire à la lumière. E. Rostand)
. Les origines de la Gnose, comme celle du langage se perdent dans la nuit des temps et se confondent avec l’origine de l’homme. La grande part des thèmes mythologiques gnostiques, en effet, est une réinterprétation d’ « histoires » anciennes. L’influence du Vieux Testament en particulier avec son imprécision quant à la création d’Adam, fut source de nombreuses exégèses où l’on voit pointer la différentiation entre l’œuvre créatrice, à savoir la création, qu n’est pas au niveau de l’acte créateur de Dieu même. Philon distinguait ainsi un Dieu de miséricorde et de bonté, en tout supérieure, et la puissance démiurgique qui lui est subordonnée. On voit ainsi surgir des formes de dualisme qui iront se radicaliser dans la Gnose, prétendant révéler une HISTOIRE SECRETE, accessible seulement à des élus.

L’humanité, en effet, est divisée en trois catégories : les élus ou les pneumatiques pourvus d’une perfection innée dont la nature est esprit; les psychiques ceux qui ayant une âme mais pas d’esprit peuvent se sauver par l’ instruction ; enfin, les hyliques dépourvus d’âme et d’esprit, constitués d’éléments charnels voués à la destruction.
Au point de vue historique, on compte dans les premiers siècles du christianisme, une centaine de mouvements qui se réclament de la Gnose. Chacun a sa cosmologie plus ou moins inédite, avec de rites empruntés aux religions à mystères du bassin méditerranéen à l’Inde. Du III au V siècles, la Gnose s’était étendues jusqu’à l’Egypte. C’est pourquoi on retrouva, à partir de 1800, des textes dans les nécropoles égyptiennes en copte. Des survivances plus sérieuses de la gnose se cachent dans la littérature alchimique. De même il y a intercommunication entre la littérature kabbalistique et certaines doctrines gnostique. En Orient, l’invasion de l’islam permit aux sectes de survivre, d’autant plus que dans l’Islam le terme « gnostique » est pris tout simplement au sens de « mystique » 
En milieux chrétien les évangiles dites apocryphes on joué un rôle déterminant L’évangile de Thomas, l’Évangile de vérité; l’Évangile selon Marie (Magdalena); la Pistis sophia; l’Évangile de Judas La gnose se caractérise ainsi par un complexe synthétisme religieux, dont on peut néanmoins dégager quelques thèmes.

2. DES THEMES
2.1. Origines 
Le repère plus important de la Gnose ce n’est pas tellement le terme Connaissance, mais le fait que celle-ci se conçoit en opposition au monde, au principe même de la création, animant ainsi un dualisme radical tel qu’explicité dans le Manichéisme de Mani, qui se voulait la réincarnation du Christ. . A l’image des bouddhistes les gnostiques pensent que le monde est non seulement imparfait, mais souffrance absurde lié à la mort et à l’entropie. Ainsi, selon un courent gnostique, la Création devient elle-même la faute originelle, matrice de toute les autres fautes
A l’origine de tout, un Eon parfait, invisible, inconcevable et éternel, habité par un Etre Absolu immuable, coexistant avec sa Pensée qui est, elle, Silence absolu. C’est lui qui engendre l’apparition de trente éons hiérarchisés du Plérôme
Une autre version dit que Sophia, voulait ressembler à l’Entité suprême en engendrant seule sans sa contrepartie masculine. S’ensuit l’apparition d’un être difforme, Ialdabaôth, que Sophia cacha sous un voile qui formera le ciel. Du fond de l’abîme Ialdabaôth engendra la matière, il est le Démiurge.

2.2. L’homme
Parmi les éons, il y a l’Homme (primordial) ainsi que le Fils de l’Homme. C’est à partir de son reflet que le Démiurge et ses archontes décident de fabriquer l’homme, Adam.
Son histoire est à contresens de celle génésiaque. En effet l’Eden ne représente qu’une prison Les puissances d’en haut cachèrent la Gnose et la Vie dans le fruit défendu, et envoyèrent un Sauveur sous la forme du serpent pour inciter Adam et Eve à s’emparer de ces secrets.
Le premier couple est expulsé de l’Eden par le Démiurge, qui à la suite envoie le Déluge pour anéantir les parfaits, mais Noé s’abrite avec les siens dans l’Arche et au final c’est la race née de l’union des anges du Démiurges et des filles de la terre qui est anéantie.

2.3. Le salut
Le Démiurge ne cesse d’envoyer contre les parfaits des cataclysmes. Il faut éveiller les élus en leur rappelant leurs racines célestes. Pour cela, des sauveurs et des prophètes sont envoyés d’en haut pour dispenser leurs révélations, en particulier le Christ
Finalement, le rédempteur remontera aux Cieux, occasion d’un bouleversement céleste qui fixera les archontes aux planètes, traversant la voûte céleste à l’endroit d’un X gigantesque considéré comme la Croix céleste.. Le Livre d’Enoch connaissait déjà le mythe de la Fatalité vaincue par une intervention d’en haut, ce qu’on retrouve aussi chez des gnostiques chrétiens.

3. GNOSTICISME CHRETIEN
A côté des 4 Evangiles et des Actes circulaient d’autres textes comportant des citations ésotériques, à savoir des soi-disant révélations des Apôtres sur les évènements christiques encore secrets. C’est souvent de ces livres qualifiés d’apocryphes, que se réclamaient les gnostiques chrétiens, dont voilà les principaux.
 
3.1 Simon le Magicien
Il est vu comme l’ancêtre des gnostiques hérétiques. Ses disciples formaient la secte des séthiens (?). et sa compagne Hélène, découverte par Simon dans un bordel de Tyr, était considérée comme la dernière incarnation de la « Pensée » de Dieu. Rachetée par Simon, elle est devenue le moyen de la rédemption universelle.
Le disciple de Simon, Ménandre, introduisit le gnosticisme à Antioche. Son héritier, Satornil, fut actif à Antioche de 100 à 130. A Antioche, également, Nicolas le diacre.

3.2 Basilide
exerça son activité de 125 à 155 à Alexandrie.. Il écrivit 24 livres d’exégèse de l’Ecriture, synthèse des doctrines enseignées par les disciples de Simon le Magicien. Mais c’est surtout par ses observations critiques qu’on connaît ses idées, reprises par son disciple et fils Isidore, puis par toute une école théologique.
Le salut est apporté par la Connaissance (Gnôsis) révélée par le Christ et les maîtres inspirés. Avec cette gnose, le Mal était surmonté puisqu’il n’était que l’œuvre du méchant Yahvé. La souffrance des justes était vue comme une expiation pour les péchés de chacun des croyants.

3.3 Valentin
Il fut un des plus importants maîtres gnostiques. Il naquit en Egypte et fut éduqué à Alexandrie. Il enseigna à Rome entre 135 et 160. L’Evangile de Vérité, ainsi que d’autres textes découvert à Nag Hammadi, se rattachent à l’école valentinienne.
En haut, un nouveau couple est créé, le Christ et son partenaire féminin le Saint-esprit Le Christ descend alors sur Terre pour révéler la connaissance libératrice. Les pneumatiques, réveillés par la gnose, remonteront vers le Père. La rédemption du dernier pneumatique sera accompagnée par l’anéantissement du Monde.

3.4 Marcion
Marcion (85-160), peut-être le plus important des gnostiques, né dans une famille chrétienne, voyagea beaucoup et s’établi à Rome vers 135. Il devint membre influant de l’église en y faisant une importante donation. Il publia les Antithèses, où il dit que le Dieu de Jésus n’a rien à voir avec le Yahvé de l’Ancien Testament, divinité violente, vindicative et brutale… Du fait de sa fidélité aux textes chrétiens canonique, bien des critiques refusèrent de le considérer comme hérétique, mais fut néanmoins le premier excommunié
Le désir de Marcion était de souligner la nouveauté fondamentale de l’image de Dieu du Christ vis-à-vis de l’ancien testament. Le Christ répète un appellatif qui ne pouvait que ne faire scandale pour les juifs, à savoir Abba, papa : un Dieu qui refuse tout sacrifice.
En fait la vérité de Dieu est amour, rien d’autre que l’amour, tout l’amour.. Marcion n‘a pas renoncé à un une dualité foncière, quoique sa vision pessimiste du monde est plutôt problématique que dogmatique. L’incompatibilité entre le bien et le mal est telle, d’ailleurs, qu’on ne peut pas le résoudre philosophiquement. Ce n’est que l’amour qui est capable de dépasser la machinerie sanglante du cosmos…

ANNEXE : L’évangile selon Thomas
L’Evangile selon Thomas il a une histoire à part, pour l’influence qu’il a joué et joue encore. Son contenu, bien que remarquablement propre à inspirer des spéculations gnostiques, il n’offre que peu de traces d’un gnosticisme authentique. Il s’agit de la collection qui se veut intégrale des logia (le logion est une expression retenue authentique du Christ) On retrouve, en effet de très nombreux de ces logia dans la littérature patristique la plus orthodoxe. Ce serait donc l’utilisation qu’ont fait les gnostiques de ce livre plus que son contenu qui fut responsable du rejet de ce texte pas l’Eglise.

A ce titre on pourrait trouver des expressions dualistes aussi dans le NT. Mais elles sont liées plutôt à la nécessité de la demonstrandum qui fonctionne par opposition, comme par exemple l’opposition lumières et ténèbres chez Jean
Irénée de Lyon a une très belle formule conclusive : « les hérétiques, c’est toujours quelqu’un qui ne veut retenir qu’un seul évangile… alors qu’il faut garder les 4 Evangiles, avec leurs contradictions pour être dans la vérité ».

CONCLUSIONS (Heureux les invités au repas du Seigneur)
Suite à ce brève aperçu d’un mouvement complexe qui d’ailleurs ne s’est pas encore estompé ni s’estompera jamais, je me limiterai à quelques remarques

1. D’abord croire que l’intelligence sauve, à elle seule, c’est ne croire pas du tout. C’est comme dire que ce n’est pas Dieu qui sauve mais le concept que s’en fait homme. C’est le dogmatisme. Cet aspect d’ailleurs, comme l’ostracisme de la chair et de la femme, ainsi que la séparation souvent sanglante des réputés bons et méchants, largement partagée par les Gnoses, le fut aussi par des Eglises Institutionnelles, qui pourtant ont, paradoxalement, aligné les meilleures « intelligences » pour combattre la Gnose.

2. Malgré le fait que les Gnostiques se réclame toujours de la Connaissance leur aptitude est souvent une question "de coeur".. En effet remarque encore Irénée les gnostiques sont toujours quelque part seuls, mais le christianisme, c’est déjà lorsque je rencontre la même foi en voyageant. » En fait les gnostiques, malgré leur enseignement réputé secret cherchaient aussi à s’ouvrir aux autres, si on en juge par leur désir actif de convaincre.

3 Les mythes gnostiques peuvent être interprétés de différentes manières en fonction de l’expérience spirituelle de chacun. Ils portent toujours en eux une certaine sagesse, car ils ne sont pas tellement faux dans ce qui disent, mais plutôt dans ce qu’il nient. Par exemple : La loi même si émane de Dieu ne peut être d’aucun secours pour l’homme en proie à la peur, mais l’amour et lui seul peut tout.

4. L’amour « christique » non limité à la règle d’or, mais porté à l’extrême (pardon universel étendu aux ennemis) révèle une opposition véritable, peut-être inépuisable entre l’image de Dieu du NT et celle du Christ, mais pas nécessairement une contradiction. L’amour christique n’est pas un sujet d’une connaissance en tant que telle, mais une reconnaissance amoureuse et d’une ouverture intégrative. Le Christ n’a pas eu besoin de se scinder des ces confrères juifs… Et Paul non plus.

5. Mais il y a plus : L’essentiel de l’enseignement évangélique, n’est pas une doctrine, un concept, mais une Personne, qui a situé à son tour la valeur même de « personne » à un niveau inégalé, absolument inédit: "unique" Deux choses, deux voies, deux concepts etc. dans un contexte de dualité radicale, n’ont aucun sens. Ne pourront se connaître ni se confronter Ce serai un opposition nulle et non advenue. Seul la distinction dans l’unité, ou inséparabilité, tel que se retrouve dans le concept même d’incarnation, permet de dépasser un dualisme radical On peut appeler cela avec Edgar Morin "principe dialogique". Moi je l’appelle, principe "chiastique" (contraction de christique et chiasmatique) car un « fait » est toujours le résultat d’enchaînements causales différents (ex. nature et culture), dans leur totalité, mais ce "croisement" enduit aussi une relativisation des éléments qui peuvent se lire différemment et même a contrario.
.. En ce sens la religion se situe mieux en termes de Relation (que de Gnose), rendue possible par un triple lien convertible :
- avec soi même, relayant conscient et inconscient, rationalité et émotivité, souvenirs et projets etc. et même par ce miracle qui s’appelle langage, le présent, le passé et le futur. Seulement celui qui arrive à s’aimer peut se connaître et s’aimer à son tour ;
- avec les autres. On pet dire l’inverse de ce qui est sou exprimé: c’est en se sentant accepté par un autre qu’on arrive plus facilement à s’accepter soi même. E quand on dit les autres sont aussi ceux qui sont parti ailleurs…mais qui restent présents par le souvenir..
- avec la nature : ce qui ne signifie pas seulement qu’il faut respecter certains équilibres naturels, mais aussi apprendre à les inventer, sachant que l’amour est une re-création, donc une certaine désobéissance "artistique" à la création. 
Pour le croyant Dieu se « cache » dans tous ces éléments. La Gnose ainsi plus que connaissance est désir de connaître, en fait Amour, dirait Marcion.

Enfin voilà le paradoxe gnostique : La Gnose a mis en évidence, sans le chercher exprès, une dynamique du désir dicté par la nouveauté permanente qu’est l’Amour. Mais l’Amour n’est ni une qualité physique, ni métaphysique, ni un substance, ni une chose quelconque mais plutôt une rencontre personnelle, en tout cas il est d’ordre événementiel. une histoire Et c’est plutôt une Personne qui a historiquement révolutionné le monde. Nous n’aurions pas eu, sans elle ni François et Dominique, ni Marx et Bergson, ni Giotto et Da Vinci etc. ni même la liberté de vivre en sécurité ou pas vivre une foi, Serait-ce alors la bonne nouvelle : le fait de pouvoir créer toujours librement une chose et/une rencontre nouvelle ?
 



24.1.2008


Gli altri articoli della rubrica Teologia :












| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 |

30.07.2017