Transfinito edizioni

Giancarlo Calciolari
Il romanzo del cuoco

pp. 740
formato 15,24x22,86

euro 35,00
acquista

libro


Giancarlo Calciolari
La favola del gerundio. Non la revoca di Agamben

pp. 244
formato 10,7x17,4

euro 24,00
acquista

libro


Christian Pagano
Dictionnaire linguistique médiéval

pp. 450
formato 15,24x22,86

euro 22,00
acquista

libro


Fulvio Caccia
Rain bird

pp. 232
formato 15,59x23,39

euro 15,00
acquista

libro


Jasper Wilson
Burger King

pp. 96
formato 14,2x20,5

euro 10,00
acquista

libro


Christiane Apprieux
L’onda e la tessitura

pp. 58

ill. colori 57

formato

cm 33x33

acquista

libro


Giancarlo Calciolari
La mela in pasticceria. 250 ricette

pp. 380
formato 15x23

euro 14,00
euro 6,34

(e-book)

acquista

libro

e-book


Riccardo Frattini
In morte del Tribunale di Legnago

pp. 96
formato cartaceo 15,2x22,8

euro 9,00
e-book

euro 6,00

acquista

libro

e-book


Giancarlo Calciolari
Imago. Non ti farai idoli

pp. 86
formato 10,8x17,5

euro 7,20
carrello


Giancarlo Calciolari
Pornokratès. Sulla questione del genere

pp. 98
formato 10,8x17,5

euro 7,60
carrello


Giancarlo Calciolari
Pierre Legendre. Ipotesi sul potere

pp. 230
formato 15,24x22,86

euro 12,00
carrello


TRANSFINITO International Webzine

Et si Ben Laden a été vraiment tué, ce jour-là...

Ben Laden, alibi de Bush ?

Oscar Carchidi

Il y eut un temps où on regardait ( à tort) du côté de Washington quand on se référait à la " démocratie". Mais désormais la démocratie s’enfonce chaque jour un peu plus dans les sables mouvants du bureau ovale de la Maison Blanche.

(1.03.2004)

Ben-Arlesienne ou Laden-fantôme. Appelez-le comme vous voulez mais il y a quelqu’un qui se moque de nous. Soit Ben Laden, soit Bush. Au jeu du chat et de la souris ou à celui du policier et du voleur, le vainqueur est donné d’avance, mais à ce dernier jeu inventé par l’Oncle Sam les perdants, c’est nous.

L’armée la plus forte du monde et les escadrons d’espionnage présents dans le plus petit village de la planète n’ont pas réussi à dénicher le père des terroristes les plus fanatiques.

Pourtant il me semble bien que Ben Laden était depuis quelques années un vieillard qui souffrait d’insuffisance rénale si bien que les hommes de main de Bush cherchaient dans les trous des montagnes d’Afghanistan un rein artificiel. Si vous vous souvenez, il semble que les cow-boys arrivèrent même avec quelques minutes de retard pour avoir la peau de ce malade. Il semble qu’il s’évanouit comme Aladin : il s’évapora sans laisser ni trace ni odeur. Parbleu !

JPEG - 19 Kb
Hiko Yoshitaka, "Senza più dicotomia", 2003, olio su cartoncino telato, cm 24x 33

C’est une histoire qui me trotte dans la tête depuis. Alors je me suis posé une question : et si Ben Laden a été vraiment tué, ce jour-là par la bavure d’un régiment de brutes qui ne comprennent rien à la politique ? Shut ! Que personne ne sache que Ben Laden est mort. Autrement comme Bush peut-il continuer à justifier sa croisade ? Avez-vous noté la grande sobriété du Texan en annonçant la capture de Saddam ? Encore une autre bavure d’autres truffions à un autre endroit ? Peut-être des idiots de marines qui voulaient en finir pour rentrer à la maison.

Saddam pris, c’est un échec retentissant pour Bush, qui ne peut plus soutenir que le dictateur se promène dans des galeries remplies d’armes de destruction massive attendant de faire un cimetière des Etats Unis. Saddam pris, les Etats-uniens auraient dû se retirer. Ce n’était pas cela l’enjeu ? Mais si Saddam restait introuvable, Bush aurait pu continuer sans vergogne de sucer le pétrole des Irakiens. Pour dire la vérité il se trouve que Bush continue de sucer le pétrole sans vergogne.

Pauvre politique, quand les faits ne vont pas dans le sens où le politicien voudrait qu’ils aillent. Il est vrai que, comme disent les dissidents (oui, oui !) de Bush, celui-ci est un aveugle entouré de sourds. J’ajouterais que ces aveugles et ces sourds parlent trop pour ne dire que des mensonges. Pauvre Dieu qui doit se supporter les prières de ces jean-foutre avant chaque conseil.

Il y eut un temps où on regardait ( à tort) du côté de Washington quand on se référait à la " démocratie". Mais désormais la démocratie s’enfonce chaque jour un peu plus dans les sables mouvants du bureau ovale de la Maison Blanche.

Oscar Carchidi, poète, romancier et essayste, est directeur de la revue diplomatique internationale "Rue des Consuls".


Gli altri articoli della rubrica Logica :












| 1 | 2 |

14.02.2017