Transfinito edizioni

Giancarlo Calciolari
Il romanzo del cuoco

pp. 740
formato 15,24x22,86

euro 35,00
acquista

libro


Giancarlo Calciolari
La favola del gerundio. Non la revoca di Agamben

pp. 244
formato 10,7x17,4

euro 24,00
acquista

libro


Christian Pagano
Dictionnaire linguistique médiéval

pp. 450
formato 15,24x22,86

euro 22,00
acquista

libro


Fulvio Caccia
Rain bird

pp. 232
formato 15,59x23,39

euro 15,00
acquista

libro


Jasper Wilson
Burger King

pp. 96
formato 14,2x20,5

euro 10,00
acquista

libro


Christiane Apprieux
L’onda e la tessitura

pp. 58

ill. colori 57

formato

cm 33x33

acquista

libro


Giancarlo Calciolari
La mela in pasticceria. 250 ricette

pp. 380
formato 15x23

euro 14,00
euro 6,34

(e-book)

acquista

libro

e-book


Riccardo Frattini
In morte del Tribunale di Legnago

pp. 96
formato cartaceo 15,2x22,8

euro 9,00
e-book

euro 6,00

acquista

libro

e-book


Giancarlo Calciolari
Imago. Non ti farai idoli

pp. 86
formato 10,8x17,5

euro 7,20
carrello


Giancarlo Calciolari
Pornokratès. Sulla questione del genere

pp. 98
formato 10,8x17,5

euro 7,60
carrello


Giancarlo Calciolari
Pierre Legendre. Ipotesi sul potere

pp. 230
formato 15,24x22,86

euro 12,00
carrello


TRANSFINITO International Webzine

Qu’est-ce que la Rhétorique aujourd’hui ?

La "nouvelle" querelle des Anciens et des Modernes

Fulvio Caccia

La ligne de fracture aujourd’hui ne départage plus les tenants européens de la tradition antique contre ceux qui veulent s’en démarquer notamment au travers d’une littérature nationale autonome, tant s’en faut.

(14.01.2005)

On croyait cette querelle reléguée à jamais dans les pages des manuels d’histoire littéraire. Mais voici qu’elle fait rage de plus belle au moment où les espaces publics nationaux sont entrés dans la dernière phase de la dite "mondialisation".

La brutalisation des mœurs littéraires, comme l’atteste ici-même un des protagonistes qui a dû les subir, et le verrouillage croissant des espaces éditoriaux sont peut-être les symptômes d’une crise éternelle qui resurgit au moment où les mutations technologiques font basculer l’axe de gravité des modes de transmission

JPEG - 308.4 Kb
Christiane Apprieux, "Assioma d’oro", 2008

D’ailleurs, ce basculement, induit par la tekné, n’était peut-être pas étranger à la première Querelle d’illustre mémoire : celle qui opposa, un siècle après l’invention de Gutenberg, les tenants des Humanités et du retour aux sources grecques et latines aux partisans du droit et du "style gothique" littéraire de leur époque.

"Cette polémique, au nom des arts du discours, contre le formalisme et l’abstraction de la "dialectique" des clercs modernes, rappelle, Marc Fumaroli, va rester le principe agonistique de la culture moderne en Europe, même si, de génération en génération, le terrain et les enjeux de la bataille vont sans cesse se déplacer, se modifier, son sens même va se retourner."

La ligne de fracture aujourd’hui ne départage plus les tenants européens de la tradition antique contre ceux qui veulent s’en démarquer notamment au travers d’une littérature nationale autonome, tant s’en faut. Ce processus est achevé depuis belle lurette. Elle sépare, par ce retournement dont l’histoire a le secret, les défenseurs les plus conservateurs des appareils éditoriaux nationaux de ceux dont les opinions et les textes renvoient à sa fabrication (sa genèse) et donc au bricolage rhétorique qui les fondent.

Est-ce un hasard, précise encore Marc Fumaroli, si les premières manifestations d’un parti "moderne" apparaissent... au XVIe siècle chez Pierre La Ramée ? Ce dernier est l’initiateur d’une réforme anti-aristotélicienne de la rhétorique qui a pour effet de fusionner dialectique et rhétorique et de dissoudre les liens qui, chez Aristote, unissaient l’élocution à l’invention et à la disposition. Ces réarrangements ne furent pas gratuits et déterminèrent encore récemment l’essentiel du débat entre modernes et postmodernes.

Maintenant, au lieu de renouveler le vieux lieu commun de la Translatio imperii et Studii, il nous a paru davantage opportun de nous interroger sur ce qu’écrire veut dire dans cette cyberculture à laquelle vous, lecteurs, participez à cet instant.

Qu’est-ce que la Rhétorique aujourd’hui ? Quelles sont les conditions de la nouvelle éloquence, s’il y en a ? Pourquoi la littérature n’anticipe plus ? Ces questions, nous les avons posées à des philosophes, à des sociologues et à des écrivains qui nous ont répondu chacun à sa manière.

Dans le fil de leurs textes, se lisent deux sentiments contradictoires : d’abord, se profile l’inquiétude devant un monde indicible, à jamais énigmatique où le règne de l’image poursuit ses ravages, comme l’observe Christian Vandendorpe ou comme le dit, plus métaphoriquement, la nouvelle de Joseph Tornatore, A Way Out.

Ensuite, en filigrane, pointe l’espoir d’y lire le profil de cet honnête homme du XXIe siècle dont la compétence algorithmique lui permettra de se faire entendre. Comme jadis les honnêtes gens du XVIIIe avaient su le faire à la barbe des érudits et des savants latinisants.

Ce combat est le nôtre aujourd’hui, et passe, comme hier, non seulement par l’acquisition de cette compétence algorithmique requise pour s’y retrouver dans l’univers numérique, mais aussi par une attitude d’ouverture qui est le propre des chercheurs et des créateurs, comme le rappelle justement Pierre Lévy.

Cette gymnastique de l’esprit qui consiste à maintenir ouverte la curiosité envers le monde qui nous entoure n’est effective que si l’on reconnaît la rationalité et donc la valeur de l’opinion qu’elle contribue à former. C’est là où le bât blesse.

La place qu’accordaient les Grecs à l’expression de cette opinion reste plus que jamais d’actualité. Cet héritage des Anciens peut contribuer à former l’honnête homme de demain.

Ceci est l’editorial de la revue "Combats", dirigée par Fulvio Caccia, où le débat se poursuit.


Gli altri articoli della rubrica Editoria :












| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 |

30.07.2017